Fil de contenus

Superkut : Vers l’infini et plus loin encore

Hé oui ! Notre justicier des temps modernes poursuit ses folles aventures, accumulant les exploits et amassant au passage les éloges de tous ceux qui apprécient son travail.

C’est ainsi que mardi dernier, lors de la 15ᵉ édition des GRENIERS D’OR, le seul et l’unique Superkut a été couronné dans la catégorie
« Construction Spéciale ».

Récipiendaire d’un certificat d’excellence, l’incroyable super héros a su charmer les membres du jury par son originalité, sa force et sa créativité.

Après avoir passé la soirée à savourer sa victoire, Superkut tient à remercier Normand Grenier et toute son équipe pour cet honneur fort apprécié.

bout-00_dispo.jpg

Superbowl… Superpub !

Hier, je n’ai pu m’empêcher de passer la soirée devant mon téléviseur. Il faut dire que l’amateur de sports et le publicitaire en moi ne pouvait demander mieux. C’est donc avec une caisse de bière et une quantité astronomique d’ailes de poulets que je me suis attablé, tout comme 97, 8 millions d’américains, devant le Superbowl XLII.

Un match enlevant certes, mais surtout un évènement fascinant. Il est tellement rare de voir des gens planifier leur pause « salle de bain » pendant le programme principal afin de ne pas manquer les fameuses publicités du Superbowl.

Eh oui! Durant le match de football le plus regardé de l’année, la publicité est reine. Pour une rare fois, elle est désirée, elle est adorée, elle est adulée. Elle est l’amie de tous. Un vrai fantasme pour tous les publicitaires de ce monde.

Il faut dire qu’à 2,7 millions de dollars pour 30 secondes on a de quoi s’attendre à des petits chef-d’oeuvres. Personnellement, c’est toujours avec une certaine fébrilité que je débute chaque pause publicitaire.

Cette année, je n’ai pas été déçu. Budweiser et particulièrement Bud light ont été fidèles à leurs habitudes avec des concepts humoristiques tirés par les cheveux. Pepsi et Fed Ex gagnent haut la main les prix des meilleurs effets spéciaux. Je n’ose même pas imaginer combien ses spots ont coûté à réaliser. Finalement, comme je suis un très grand fanatique d’absurde, je ne peux passer sous le silence le concept complètement sauté de Planters et la finale absolument loufoque de la publicité de Doritos.


Bud Light

Pepsi

Fed Ex

Planters

Doritos

Si vous voulez voir toute la cuvée 2008, vous pouvez visionner tous les publicités sur le site de Juste pour rire.

Et si vous en voulez encore plus, amusez-vous à visionner leur top 50 des pubs de tous les Superbowl.

Le ridicule ne tue pas… il vend !

Avouez-le. Vous êtes amateur d’infopubs, ces charmants petits spots d’un goût parfois douteux où s’enchaînent témoignages, démonstrations et offres qu’on-ne-peut-refuser. Par une nuit d’insomnie, vous vous êtes même déjà surpris à trouver extraordinaire la fameuse Couche-gaine, la préférée de Rosie. À moins que vous ne soyez déjà, tout comme moi, fou de votre Magic Bullet...

Notez dans ces petits bijoux le ton, et la répétition du message. Savourez l’étonnement du présentateur face à la merveille qu’il vous présente. Comprenez la promesse : vous rendre la vie plus facile. Remarquez le « call to action » dans sa forme la plus brute : « Téléphonez dans les 15 prochaines minutes et obtenez gratuitement…». Bref, du bon vieux marketing, édition 1965, siffleront certaines mauvaises langues. Pourtant, ça marche.

Mais est-ce le format et ou le style infopub qui marche ? Personnellement, je crois que c’est le format, qui, combiné à la répétition, fait son œuvre. Le témoignage et l’expérience viennent supporter et renforcer le message. Pour ce qui est du style ou de la pertinence de certains produits vendus, il va de soi que ça relève du mauvais goût de certains annonceurs. Je n’ose croire qu’on adopte le ton infantilisant de certaines infopubs de manière délibérée, et ce, afin de rejoindre une certaine clientèle cible plus perméable à ce type de promesse… En 2006, chez nos voisins du Sud, cette industrie a récolté près de 91 milliards de dollars, elle a représenté 25 % du temps d’antenne alloué à toutes les publicités télévisées et pas moins de deux tiers des américains ont regardé dans son intégralité au moins une infopublicité, à un moment ou un autre. Ça porte à réfléchir.

Voici mon petit top-7. Tentez de dresser le profil de la clientèle cible, qui semble d’ailleurs toujours la même dans chacun de ces merveilleux petits bijoux d’étrangeté. Bon visionnement !

En ordre:

# 1 l’indispensable Magnetic pen
# 2 le pratique My lil Reminder
# 3 l’habile Handy Peel
# 4 l’utile Listen up
# 5 le nécéssaire Tiddy Bear
# 6 le sécuritaire Pasta Pro
# 7 et le miraculeux Miracle Blade III (Perfection Series)

 
   

Me lirez-vous un jour ?

Nous sommes en 1968, dans un coquetel mondain où quelques artistes, journalistes, mécènes et pique-assiettes endimanchés discutent art et célébrité. Andy Warhol lance d’un ton badin : « À l’avenir, chacun sera célèbre mondialement pendant 15 minutes». Quarante ans plus tard, on cite à tout vent l’artiste dès qu’une personnalité d’un intérêt douteux devient l’objet d’un soudain engouement médiatique. On l’a cité quand la vague des télé-réalité a déferlée.

Le roi du pop-art fut certes un étrange visionnaire. Peu de temps avant sa mort en 1987, lors d’un interview à la télé, fatigué de se faire interroger sans cesse sur sa désormais célèbre tirade, Warhol lança à un animateur médusé : « Vous savez, je crois en fait que chacun sera célèbre mondialement auprès de 15 personnes. C’est d’ailleurs ce que j’ai toujours dit.».

Le dilemme de Warhol

Depuis, l’ère binaire nous a frappé de plein fouet. Le Web offre à tous et chacun sa propre tribune et, depuis le développement des plates-formes de type blog, son propre média interactif. Il y aurait présentement au-delà de 112,8 millions de blogs et sans doute tout autant de blogueurs. Quelques blogs attirent des millions de lecteurs, alors que des millions de blogs n’attirent que quelques lecteurs…

Valeureux guerriers de l’inutile me direz-vous de ces blogueurs lus par une poignée de lecteurs ? Le peintre veut être regardé, tout comme le cuisinier dégusté, j’en conviens. Mais vaut-il mieux être célèbre mondialement pendant 15 minutes ou célèbre mondialement auprès de 15 personnes pendant plus longtemps ? Voilà le dilemme de Warhol !

La théorie de la longue queue

Vous avez certainement entendu parler du livre «Long Tail» (je vous laisse la liberté de suggérer une traduction), de Chris Anderson, le rédacteur en chef du magazine américain Wired. Selon lui, notre culture et notre économie sont en mutation et se transforment en un marché de niches multiples. Grâce au Web, les coûts de distribution et d’entreposage, et dans certains cas de production, chutent. Un nouveau modèle économique se développe. Nulle obligation de formater la totalité des produits pour répondre au plus grand nombre.
Désormais, tous et chacun y trouve son compte et sa niche. On assiste à la naisance de micro-cultures où l’on produit et consomme musique, images et… blogues, selon nos besoins propres ou ceux des communautés auxquelles on appartient. Nombre de blogueurs produisent d’ailleurs simultanément plusieurs blogues s’adressant à des communautés parfois complètement différentes.

La mort du consommateur cible, la naissance de la communauté cible

La naissance des communautés virtuelles a eu un impact certain sur notre manière de percevoir le consommateur, non plus comme une unité statistique correspondant à un profil, mais comme un individu partageant des valeurs et des intérêts avec d’autres individus regroupés au sein d’une communauté, physique ou virtuelle. Les individus, membres de ces communautés, font également partie d’autres communautés qui se superposent, composant ainsi les structures d’un réseau, au sens propre du terme. Celui-ci est vivant et de nombreux échanges en irriguent les voies communications. Ses composantes sont actives et agissent souvent comme véhicule d’un message, se faisant ambassadeurs d’une marque, d’un produit, d’un service ou d’une cause en lesquels elles croient, pour autant que le message ait du contenu autre qu’une invitation à «consommer» ou à«acheter». Notre manière de consommer la communication évolue. La manière de communiquer doit également évoluer.

La réponse au dilemme

Bref. Répondons à la question : vaut-il mieux être célèbre mondialement pendant 15 minutes ou célèbre mondialement auprès de 15 personnes pendant plus longtemps ? Mon profond désir de reconnaissance et ma confiance en moi me feraient à prime abord pencher pour la première option. Parlez-en aux annonceurs du SuperBowl… Pourtant, je devrais chercher à être célèbre auprès de 15 personnes qui elles se feront mes ambassadeurs à travers le monde, et diffuseront mon message à d’autres qui, à leur tour, re-diffuseront mon message pour autant que j’ai quelque chose à dire, mais, ça c’est une autre histoire.

La naissance d’un héros hors du commun

C’est ici que l’aventure se poursuit!

Ou peut-être devrais-je dire: «C’est ici que l’aventure commence!», puisque vous êtes à un seul clic de découvrir, pour la toute première fois, l’univers du seul, de l’unique, de l’incroyable SUPERKUT.

Grâce au court vidéo présenté plus bas, vous pourrez apprendre, étape par étape, comment confectionner votre propre figurine Superkut. De plus, vous aurez la chance d’admirer toutes ses prouesses, tous ses exploits, tous ses haut faits d’armes, bref, tout ce dont ce nouveau héros est capable. Et croyez moi, Superkut a plus d’un tour dans son sac.

Alors, suivez notre justicier masqué dans ses nouvelles aventures, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et faites passer le mot à vos parents et amis. Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de recevoir notre figurine par la poste, je vous invite à la télécharger en cliquant ici.

Superkut – Le film

Flirter avec l’original et le subversif

Antonin Brault est artiste du street art et graphiste chez Upperkut. Collaborateur du collectif La Paria, certaines de ses œuvres sont présentées à la Galerie Morgan Bridge de Québec, du 14 décembre 2007 au 11 janvier 2008. À voir pour se familiariser avec l’«art urbain», pour vivre le choc des cultures de la rue ou pour flirter avec l’original et le subversif.

Voici quelques photographies de Frank Lam, le 3 décembre dernier lors du vernissage de l’exposition à la Gallerie de l’Agora du Cégep du Vieux Montréal.

14.jpg

01.jpg

15.jpg

17.jpg

20.jpg

Upperkut se met à la mode Réc’Up

Upperkut est fière de s’être associée à Vous êtes ici et son grand défilé Mode Réc’Up présenté dans le cadre de l’évènement Noël Vert à la Biosphère, à Montréal.

K, l’initiatrice de l’événement, a eu l’idée folle de lancer à 22 designers le défi de transformer en 22 œuvres thématiques, des objets de consommation éphémère tels des gommes à mâcher, des cartouches de carabine, des toiles de piscine ou des mégots de cigarettes.

Upperkut a créé l’univers visuel et conçu l’ensemble des outils de communication, imprimés sur du papier 100 % post-consommation. Notre équipe a également été jumelée à Lili Lemieux dont l’œuvre était composée de vieilles photographies et à Rachel F. qui devait créer une robe à partir de l’iconographie religieuse et ses objets dérivés.

photos_mode_recup.jpg

« C’est une façon de donner plus de vie à la matière que nous oublions une fois utilisée, ainsi qu’aux statistiques qui abondent dans les journaux et qui, à la longue, par leur forme statique habituelle, ne touchent plus les gens », explique K, qui se plaît à mettre au défi plusieurs artistes, le public et même son équipe de production depuis 2003, année de sa première écocréation de sensibilisation : Une Journée sans vêtement tout neuf.

Qu’elles soient éco-designers, designers reconnues, costumières pour Diane Dufresne ou du Cirque du Soleil ou même comédiennes (Marie-Chantal Perron participe à l’œuvre), ces artistes n’ont pas compté leurs heures pour donner vie à une création qui invite à la réflexion sur nos comportements de consommateurs, et ce, de façon colorée et créative.

Plus de 100 gommes mâchées, 1 470 cartouches de calibre 12, 2 000 anneaux de canettes d’aluminium, 500 baguettes asiatiques et toute une variété d’autres objets de notre quotidien ont été choisis pour réaliser les 22 créations uniques et « écommunicantes ».

Les 22 créations Réc’Up sont présentées à la Biosphère jusqu’au 6 janvier.

Pour infos : www.moderecup.ca ou le biosphere.ec.gc.ca

Nicolae Stinghe: à la fois jet-set et trash-culture

Un jour Nicolae Stinghe débarque à nos bureaux, son portfolio sous le bras. Une réunion s’improvise alors dans la cuisine et il nous présente en rafale ses photos dépeignant un univers étrange, à la fois jet-set et trash où l’érotisme côtoie le carnet mondain et la photo de voyage. Bref, nous sommes estomaqués. Ses œuvres nous interpellent et viennent jouer dans nos bibites. Notre collaboration débute alors. Il travaille avec Raimundo Morte (notre stagiaire Catalan), puis il réalise pour nous la photo de Benoît McGuiness pour l’affiche de la nouvelle production du Théâtre il va s’en dire, Le Fou de Dieu.

Nico adore tout ce qui touche au glamour, à l’absurdité des choses, à la magie des costumes et du maquillage. Fort d’une formation en architecture, en photographie et en multimédia, il présente ses œuvres agencées sous le thème « AMINTIRI » (ou souvenirs pour les non roumanophones d’entre nous). Antonin Brault, le plus jeune membre de notre équipe, a d’ailleurs signé la facture graphique de l’événement.

Upperkut est fière de s’associer à l’exposition de cet artiste émergent ! À voir à Montréal au studio MTP 3655, boulevard Saint-Laurent, studio 303, jusqu’au 23 janvier 2008.
Fiona

Submergée.

Submergée.

Quand les photos prennent vie

Upperkut a eu mandat de HBI de concevoir et réaliser la campagne publicitaire pour le lancement de la bande Hanes Comfort soft au Canada. Cherchant à démontrer l’intégrité de la promesse de confort du fabriquant, nous avons demandé à des danseuses professionnelles, Géraldine Metayer, Eve Bissoneault et Emily Finkelstein, de porter les vêtements Hanes et d’accomplir les mouvements les plus complexes. Louis-Martin Charest, chorégraphe, s’est assuré de la pertinence et de la qualité de ces mouvements alors que Jean-François Gratton a réalisé les clichés saisissants qui ont illustré le propos publicitaires.

Nous avons également filmé le tout afin de permettre aux internautes de compléter l’expérience sur le Web. Des annonces imprimées dans de grands quotidiens ou magazines invitaient les lectrices à visiter le site hanes.ca.

À voir, si vous vous intéressez à l’intégration Online-Offline, aux vêtements Hanes, à la danse ou simplement si vous désirez découvrir les dessous d’un shooting publicitaire.

Upperkut à la conquête de l’Ouest

Ce matin, notre équipe de choc est partie à la conquête des consommatrices du Canada. Son objectif ? Sonder leurs cœurs et leur comprendre leurs comportements. C’est donc équipée de micros, de caméras, et de notre spectaculaire cabine de type «photomathon», que notre dynamique escouade a quitté Montréal pour se rendre à Vancouver. À voir sur Upperkut.tv en 2008.


De Barcelone à Upperkut

Le 11 octobre dernier, l’exposition « Intrìnsecament Extrìnsecs » présentée par Upperkut fût un franc succès. Près d’une centaine de personnnes ce sont déplacées afin d’admirer les œuvres du photographe catalan Raimundo Morte.

Représentant l’Homme sous tous ses angles, chaque photographie démontrait sans l’ombre d’un doute la capacité de cet artiste à mettre en image l’être humain de façon simple et naturelle.

expo_morte.jpg

Ce barcelonais d’origine a aussi profité de son passage à Montréal pour réalisé 3 courts-métrages artistiques. Ces vidéos qui se veulent un reflet du nouveau positionnement de notre agence seront mise en ligne plu tard en 2008. D’ici là, n’hésitez pas à visiter notre section Upperkut TV pour visionner d’autres vidéos.

Pour vous faire une meilleure idée de cet artiste talentueux ou pour en découvrir plus sur son travail : www.raimundomorte.com

Upperkut marche dans la bonne direction

Aujourd’hui se tenait au Parc Maisonneuve la Marche Des Rêves de la Fondation Rêves d’Enfants. L’équipe d’Upperkut qui a conçu l’ensemble des outils de communication de cette marche sous le nom « 2 Km de Rêves » était fier de participer à cet événement qui a pour but de ramasser des fonds afin de réaliser les souhaits du plus grand nombre d’enfants atteints d’une maladie qui menace leur vie.

Pour promouvoir l’évènement, Upperkut a créé un message publicitaire télé où une jeune fille malade nous emmène dans un univers coloré et amusant qu’elle a imaginé de son lit d’hôpital. Vous pouvez visionner ce vidéo ici en version française et anglaise ou en visitant le www.2kmdereves.ca.

2 Km de Rêves

2 Km of wishes