Fil de contenus

Sortez votre langue de votre poche!

Sortez votre langue de votre poche!

Le portail syndical Langue du travail lance aujourd’hui sa toute nouvelle campagne sur la francisation en milieu de travail, créée et produite par l’agence Upperkut.

La campagne, qui vise à offrir des outils afin de faciliter la francisation en milieu de travail, se déploie en affichage et dans les réseaux sociaux, notamment grâce à une vidéo d’animation et à du contenu visuel. Un argumentaire et plein d’informations sont disponibles sur le portail languedutravail.org.

Portée par différents personnages, la campagne propose des trucs et des astuces aux travailleurs et travailleuses qui œuvrent sur des comités de francisation et qui sont trop souvent à court de ressources pour convaincre leurs employeurs ou leurs collègues d’opter pour la francisation.

« Nous sommes sensibles à la mission du portail syndical Languedutravail.org et c’est pourquoi nous n’avons pas hésité à dire oui à cette campagne », d’affirmer Serge Leathead, président de Upperkut. « Pour nous, la valorisation de la langue française n’est pas qu’une question d’actualité, mais d’avenir, de protection de la diversité culturelle dans le monde, et de respect. »

Avec cette campagne ludique et décomplexée, le portail Languedutravail.org souhaite supporter les travailleuses et les travailleurs à « sortir leur langue de leur poche » et à démontrer que la francisation en milieu de travail devrait aller de soi.

Pour visionner la vidéo, cliquez ici.

À propos de Langue du travail

Ce portail est le fruit des efforts de plusieurs partenaires provenant de part et d’autre de l’Atlantique. Il a été réalisé avec l’aide des membres de la Table sectorielle de l’industrie aérospatiale de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et de la Confédération générale du travail de France (CGT). On compte maintenant parmi les partenaires la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) et la Fédération autonome de l’enseignement (FAE). Ce projet a été rendu possible grâce à une subvention de l’Office québécois de la langue française, dans le cadre de son Programme de soutien aux associations pour la promotion de la francisation dans les entreprises.