Fil de contenus

Parlons santé !

Parlons santé !

En septembre dernier, alors que d’autres faisaient la sourde oreille à la population, la FIQ a mis sur pied une ligne téléphonique afin de recueillir les témoignages de citoyennes et citoyens au sujet des aberrations vécues ou observées dans le réseau de la santé.

En trois semaines d’opération, plus de 2000 Québécoises et Québécois ont pris le temps de livrer, par téléphone ou par courriel, leur témoignage personnel d’impuissance ou d’exaspération face à l’inacceptable.

La campagne, qui visait également à rapprocher les professionnelles en soins et la population, a pu être entendue à la radio, en plus d’être aperçue sur les côtés d’autobus, sur les panneaux d’autoroute et sur le Web, via des médias sociaux et des outils comme Facebook et Google Display.

La campagne a si bien fonctionné qu’elle a trouvé écho dans les grands médias du Québec. Par exemple, on pouvait lire dans le Journal de Montréal du 2 septembre un article intitulé « Surplus de plaintes contre le réseau de la santé ».

Au sujet de l’exercice, la présidente de la Fédération, Régine Laurent, affirmait « On sent une détresse. Chaque fois, c’est 15 à 20 minutes de conversation. Et ça vient de toutes les régions du Québec ».

Les témoignages recueillis pouvaient servir comme arguments lors des négociations avec le gouvernement. Au final, l’objectif était que le gouvernement écoute la population.

« Une chance qu’on s’a »

« Une chance qu’on s’a »

Upperkut est fière d’avoir collaboré à la plus récente campagne télé de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) « Une chance qu’on s’a ». Jean-Pierre Ferland a accepté de prêter sa voix et les paroles de sa célèbre chanson à leur cause.

La campagne cherche, en cette période d’austérité, à donner une image positive du milieu de la santé et à rappeler le rôle essentiel que jouent les infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes dont la mission est d’aider, d’écouter, d’accompagner et de soigner.

La FIQ a pu faire entendre la voix de ses membres à travers toutes les régions du Québec : la campagne jouissait d’un important placement à la télé, dans des salles de cinéma et sur le Web. Un volet radio et du contenu pour les réseaux sociaux a également été développé.

Cette offensive télé s’inscrit dans le cadre de la campagne «Ça suffit, laissez nous soigner».

En septembre, un premier volet mettait en vedette Vincent Vallières.

Depuis, la campagne a également été déployée sur les autobus, dans les abribus, sur les panneaux routiers et dans de nombreux journaux et hebdos partout au Québec.

Vincent Vallières s’associe à la FIQ pour la campagne «Ça suffit.»

Vincent Vallières s’associe à la FIQ pour la campagne «Ça suffit.»

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (la FIQ) fait équipe avec l’agence de communications sociales Upperkut pour lancer la nouvelle campagne de valorisation pour les professionnelles en soins, mettant en vedette l’auteur-compositeur-interprète Vincent Vallières.

La cause des soins de santé sécuritaires et de qualité, à l’aube de la « réforme Barrette » ainsi que la lutte des professionnelles en soins sera portée par une des voix les plus appréciées de la scène culturelle québécoise. Fort de 15 nominations à l’ADISQ, de trois prix Félix dont un pour le désormais classique de la chanson d’ici « On va s’aimer encore », Vincent Vallières collabore avec la FIQ pour dire « Ça suffit. Laissez-nous soigner. »

« Quand les membres de la FIQ m’ont demandé de les appuyer, j’ai tout de suite dit oui. », affirme d’emblée Vallières, que l’on pourra voir au petit écran et sur le Web, aux côtés de Régine Laurent, la présidente de la FIQ dans une campagne de sensibilisation et de mobilisation déclinée sur plusieurs plateformes. L’auteur-compositeur-interprète, dont le père est infirmier, est bien conscient que les professionnelles en soins se donnent corps et âme, à chaque jour, pour soigner la population.

C’est ce désir de prodiguer aux Québécoises et aux Québécois des soins sécuritaires et de qualité qui est à la base de la campagne de sensibilisation conçue et orchestrée par l’agence de communications sociales Upperkut.

En plus de la télévision, on pourra entendre Vincent Vallières et la présidente de la FIQ à la radio. On retrouvera également le message de la FIQ sur le Web, dans les réseaux sociaux, en affichage extérieur ainsi que dans les journaux.

À PROPOS DE LA FIQ

La Fédération représente près de 65 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires, soit la grande majorité des infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes œuvrant dans les établissements publics québécois. Pour en savoir plus : www.fiqsante.qc.ca

The FIQ finds nurses the cure

The FIQ (Fédération interprofessionelle de la santé du Québec) is the union representing nurses and related health care professionals in the province of Quebec. Early in 2010 the union was entering the final phase of negotiations with the provincial government – and things were going nowhere fast.

What didn’t the nurses care for? Principally their deteriorating working conditions and the fact that hospitals were turning to healthcare employment agencies for part-time nurses instead of hiring full-time staff. A stop-gap solution that was costly both in terms or money and the quality of health care.

But what to do? The general public was unaware of the problem and union members unaware of how to fix it.

Upperkut wanted to be part of the cure, not part of the problem. One major step: a striking 30-second spot where we find a hard-faced man at a call centre in bleak, decrepit surroundings, sounding like a taxi dispatcher, but in fact dispatching…nurses.

 

 

Other steps in the cure.

Creating a Facebook page that nurses and those friendly to the cause could rally around, filled with original content and news in the form of press reviews to stimulate discussions. And stimulate it did. The Facebook page took off like a rocket and to this day counts over 13,000 fans. The campaign was also adapted for outdoor advertising, bus sides and newspaper print ads, in English and French.

 

Taking the cure to a whole new level.

Union members, members of other unions and the general public really started getting behind the cause. A survey a few months after the campaign indicated that 80% of Quebecers supported the nurses’ stand. And startlingly, 70% wanted money spent on private sector nurses be redirected and used to hire full-time staff – an issue none of them had ever heard two months before.

 

The recovery.

The government finally agreed to a contract improving nursing conditions that also agreed to reduce the number of part-time nurses by half over the next two years (needs to be confirmed). So the FIQ and its nurses are in better health than they’ve been in for years.

Upperkut signe la campagne publicitaire de la FIQ

fiqNotre cliente, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) voulait lancer une offensive de mobilisation médiatique via une campagne publicitaire et une campagne web à l’échelle nationale afin de dénoncer les employeurs du réseau public de la santé qui ont recours à des entreprises privées de placement en soins.

Upperkut a donc développé un message qui vise à dévoiler au grand public un phénomène répandu mais pourtant méconnu. Le spot télé, conçu  par Robert Lebeuf, est réalisé par John Barber de la Fabrique d’images. Anne-Marie Cadieux en fait la voix hors-champs.

Cette campagne qui se décline en annonce télé, en affichage (super panneaux et en panneaux-bus) est propulsée par un blitz de mobilisation dans les réseaux sociaux, et particulièrement sur Facebook. Nous chercherons à y rejoindre les internautes qui agiront comme ambassadeur du message et contribueront ainsi à en accroître la portée.

Rappelons qu’en plus d’entraîner des coûts exorbitants pour le réseau de la santé, d’aggraver les problèmes de pénuries de personnel et de détériorer les conditions de travail déjà difficiles des membres de la FIQ, le recours à des entreprises privées de placements en soins déshumanise les soins de santé.

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) représente 58 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements de santé publics québécois.