Fil de contenus

Mettons l’accent sur l’aérospatiale et sur les télécommunications!

Mettons l’accent sur l’aérospatiale et sur les télécommunications!

Le service de la francisation de la FTQ dévoile sa toute dernière campagne de sensibilisation pour les secteurs de l’aérospatiale et des télécommunications.

La campagne, signée Upperkut, vise à promouvoir l’usage du français en milieu de travail. Pour l’occasion, l’agence, qui avait également signé la campagne du secteur automobile, a choisi de mettre en vedette des travailleuses et des travailleurs qui militent pour la francisation dans leurs secteurs de travail. L’agence s’est donc déplacée sur des lieux de travail en aérospatiale et en télécommunications afin de procéder à des séances photos pour la campagne.

« Nous souhaitions donner un visage humain à la francisation », explique Marc Desnoyers, directeur du groupe service-conseil chez Upperkut. « En nous rendant sur les lieux de travail de ces militantes et militants dévoués, nous avons pu saisir à quel point leurs efforts sont non seulement importants, mais aussi valorisants, et le processus fut pour nous très enrichissant. »

Après avoir documenté le processus de tournage pour les réseaux sociaux, l’agence a décliné les visuels en campagne d’affichage.

On peut donc voir dès aujourd’hui des visuels en milieux de travail et sur le Web, où des travailleuses et des travailleurs affirment « Je mets l’accent sur l’aérospatiale » et « Je mets l’accent sur les télécommunications », et nous démontrent que nous pouvons à la fois être fiers de notre travail et de notre langue!

À propos de Langue du travail

Ce portail est le fruit des efforts de plusieurs partenaires provenant de part et d’autre de l’Atlantique. Il a été réalisé avec l’aide des membres de la Table sectorielle de l’industrie aérospatiale de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et de la Confédération générale du travail de France (CGT). On compte maintenant parmi les partenaires la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) et la Fédération autonome de l’enseignement (FAE). Ce projet a été rendu possible grâce à une subvention de l’Office québécois de la langue française, dans le cadre de son Programme de soutien aux associations pour la promotion de la francisation dans les entreprises.