«Ta libido, pas au boulot»: Upperkut et Au bas de l’échelle contre le harcèlement sexuel au travail

Au bas de l’échelle, un organisme de défense des personnes non syndiquées, a fait appel à l’agence Upperkut pour réaliser une campagne sur le harcèlement sexuel au travail. Le slogan retenu pour cette campagne sensible, «Ta libido, pas au boulot», est direct et, surtout, facile à retenir. Upperkut et Au bas de l’échelle souhaitent que ce slogan devienne un mot d’ordre dans les milieux de travail. Qu’il se répande et devienne un réflexe lorsque l’on observe un comportement déplacé.

L’objectif visé est aussi de provoquer des discussions. Le harcèlement sexuel au travail est certes de plus en plus discuté, mais demeure tout de même largement tabou pour plusieurs personnes, qu’elles soient employées ou employeur. Afin de bien outiller les milieux de travail, Upperkut et Au bas de l’échelle ont élaboré une trousse au visuel accrocheur permettant de bien identifier et définir les comportements vexatoires, les obligations de l’employeur et les recours juridiques pour les victimes. Cette trousse sera distribuée largement au cours des prochaines semaines. Une campagne d’affichage massive est également en cours dans les usines, bureaux, entreprises de service, etc.

Notons qu’Upperkut est un partenaire financier de cette campagne, en collaboration avec la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et de Centraide du Grand Montréal.

À PROPOS DE AU BAS DE L’ÉCHELLE
Au bas de l’échelle est un groupe d’éducation populaire et de défense des droits des travailleuses et travailleurs non syndiqués qui a été fondé en 1975. Organisme à but non lucratif, Au bas de l’échelle est financé par Centraide, par différents ministères, par des dons et par les cotisations de ses membres.SOCIETY