L’homme de la situation: Valérie Plante

Si on vous avait demandé au début de l’été si vous connaissiez Valérie Plante, la réponse normale aurait fort probablement été « non ». Pourtant, le 15 août, tout a changé pour la nouvelle cheffe de Projet Montréal, grâce à une première sortie préélectorale plus que remarquée.

De dire que « L’homme de la situation », une campagne publicitaire signée Upperkut, a attiré l’attention, serait un euphémisme.

Avec ce stunt, force est d’admettre que la candidate à la mairie et son parti auront atteint leur cible. En effet, l’offensive, qui visait à améliorer la notoriété de la nouvelle cheffe du parti, aura généré énormément de réactions, autant à la télé et à la radio que dans les journaux et sur les médias sociaux.

La campagne, déclinée autant en affichage sauvage qu’en visuels pour les médias sociaux, aura fait réagir rapidement.

Dès les premières heures du matin, LCN relayait les affiches à l’image de la cheffe, apparues près du pont Jacques-Cartier, à la vue de tous les automobilistes, cyclistes et piétons, et sur lesquelles on pouvait lire : « L’homme de la situation. Valérie Plante. Mairesse de Montréal. ».

Les visuels, le nom et le visage de Valérie Plante ont non seulement très rapidement fait la Une de tous les grands médias, de Radio-Canada au Journal de Montréal en passant notamment par le 98,5 FM, L’Actualité ou Le Devoir, mais la formule, « L’homme de la situation », aura été sur toutes les lèvres et de tous les débats plusieurs jours durant.

En entrevue à TVA, Valérie Plante soulignait ainsi la pertinence de la publicité, qui se veut un clin d’œil à la fois humoristique et critique : « actuellement, en politique, même si on a des avancées, ça demeure un monde d’hommes. On n’a pas brisé le plafond de verre, on est plus exigeant envers les femmes en politique; c’est encore d’actualité.»

« Le tout se veut un pied de nez aux boys club et à la vieille façon de faire de la politique qu’incarne son adversaire, M. Coderre », d’affirmer Marc Desnoyers, président du groupe-conseil chez Upperkut. « Avec les débats suscités dans les médias sociaux et traditionnels, nous croyons que notre objectif de hausser la notoriété de la cheffe, Mme Plante, a été atteint.»

Ce premier stunt se veut le premier d’une série d’offensives préélectorales, en vue de la campagne électorale menant aux élections municipales du 5 novembre prochain.

* * *

Ce que les experts en disent

« Le coup d’éclat rappelle aussi avec force qu’être une femme est encore un désavantage dans une élection. Valérie Plante fait le pari que l’inconfort ressenti par bon nombre par rapport à son slogan laissera une envie de changer les choses. Que le malaise sera dirigé vers son adversaire. Elle a trouvé une façon politiquement correcte de décrier le boy’s club et de s’offrir en solution. » – Stéphane Mailhiot, vice-président de la stratégie à Havas Montréal et chroniqueur médias et marques à Radio-Canada.
Mission accomplie pour la publicité précampagne […] « C’est de l’ironie. Le message n’est pas directement celui qu’on lit. Ils ont créé un peu d’ambiguïté pour attirer l’attention et ensuite la rétablir en prenant la parole publiquement » – Julie Dufort, doctorante en science politique à l’UQAM, dont les recherches portent sur l’humour politique.

« Valérie Plante vient rappeler que l’administration de Montréal est depuis trop longtemps entre les mains d’un boys club. Avec son slogan, elle affirme sa compétence à prendre la place du maire sortant en utilisant le même langage que lui. C’est rafraîchissant, audacieux et réjouissant. » – Pascal Henrard, Vice Président, contenu et création à 37e AVENUE

À propos de Projet Montréal

Projet Montréal propose aux Montréalais.e.s d’innover afin de créer des milieux de vie familiaux dynamiques et diversifiés. Sa vision est basée sur le développement durable, la saine gestion des finances publiques, des services efficaces et de qualité ainsi qu’une participation citoyenne accrue dans la vie démocratique.

Le parti compte actuellement 30 élu.e.s siégeant au conseil municipal et dans les arrondissements, et forme l’opposition officielle. Projet Montréal est dirigé par Valérie Plante, conseillère de ville du district de Sainte-Marie et candidate à la mairie aux élections du 5 novembre 2017.