Fil de contenus

Tous debout avec les travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale du Québec

Tous debout avec les travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale du Québec

L’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA) lance une campagne de sensibilisation et de mobilisation, signée Upperkut, suite à l’imposition d’un droit compensatoire de 220 % et d’un droit antidumping de 79,82 % sur la C-Series par Washington.

C’est sous le thème « Tous debout » que l’AIMTA invite les partis politiques et la population à faire front commun pour défendre les quelque 40 000 travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale au Québec qui subissent la décision du Département du commerce américain.

« Avec cette campagne, nous réagissons à une mesure qui est dangereuse pour la stabilité de l’industrie aérospatiale canadienne et américaine » de préciser David Chartrand, coordonnateur québécois du Syndicat des Machinistes. « Les représentants de Boeing cherchent à profiter du penchant pour le protectionnisme de Washington pour fermer le marché des États-Unis à la Série-C, un appareil sans équivalent sur le marché. Ils agissent comme des fiers-à-bras en manipulant les lois américaines. »

« Nous cherchons à mobiliser l’ensemble des citoyens et citoyennes, pour lancer un message clair aux gouvernements : nous devons soutenir notre secteur de l’aérospatiale face à cette attaque injuste », d’expliquer Serge Leathead, président de l’agence Upperkut. « Levons-nous toutes et tous pour dénoncer cette décision injustifiée. Il en va de nos intérêts collectifs, alors soyons solidaires. »

La campagne sera déclinée sur des panneaux publicitaires et sur le web. Une vidéo, mettant en scène des travailleurs et travailleuses qui se « tiennent debout », sera diffusée sur les médias sociaux au cours des prochaines semaines. Au Canada anglais et aux États-Unis, c’est sous le slogan « We all stand proud » que la campagne sera diffusée.

Pour visionner la version française de la vidéo, cliquez ici.

À PROPOS DE L’AIMTA

Le Syndicat des Machinistes (AIMTA) représente environ 700 000 membres en Amérique du Nord regroupés en 1 143 sections locales et présent dans plus de 200 entreprises aux États-Unis, au Canada, à Guam et Porto Rico.

L’AIMTA représente 15 000 membres au Québec, et plus de 50 000 au Canada, dont 16 000 dans l’industrie aérienne et aérospatiale. Il s’agit du plus important syndicat des travailleurs de l’industrie aéronautique au monde.

Pour débloquer Montréal

Pour débloquer Montréal

Il suffit de prononcer les mots «cônes orange» pour obtenir une réaction viscérale chez la vaste majorité des Montréalaises et Montréalais qui ont eu à subir la mauvaise gestion des chantiers et les travaux improvisés sur l’île au cours des quatre dernières années.

Face à la situation, Projet Montréal a fait appel à l’agence Upperkut, afin de créer et de lancer une campagne préélectorale visant à faire la promotion du plan de Valérie Plante pour débloquer Montréal.

De l’affichage sauvage a ainsi été effectué avec un visuel de Valérie Plante, accoudée sur un cône orange et sur lequel on peut lire «Pour débloquer Montréal. Valérie à la mairie.»

Une vidéo d’animation a également été développée afin de souligner avec humour les problèmes liés aux chantiers et de proposer une alternative lors des élections municipales du 5 novembre prochain. Diffusée sur les médias sociaux, la vidéo intitulée «Kône-o-rama», qui se déroule dans l’univers des jeux vidéos, illustre bien l’absurde des travaux mal gérés et des bouchons monstres qui font écoper autant aux automobilistes qu’aux cyclistes et aux piétons.

Pour voir la vidéo, cliquez ici.

«On sait que les Montréalaises et les Montréalais sont tannés des cônes orange, et c’est pourquoi nous avons utilisé l’humour pour leur laisser savoir qu’on peut faire mieux et qu’une alternative existe.», précise Marc Desnoyers, président du groupe-conseil chez Upperkut. «Le but est d’attirer l’attention et de la garder afin de promouvoir une gestion plus intelligente et un meilleur investissement en transport collectif, en optant pour une nouvelle solution : Valérie Plante.»

En plus de l’affichage sauvage et d’une vidéo d’animation, la campagne a également été déclinée en matériel promotionnel imprimé et sur les médias sociaux. Ce stunt se veut la suite logique de «L’homme de la situation» et fait partie d’une série d’offensives préélectorales, en vue de la campagne menant aux élections municipales du 5 novembre prochain.

* * *

À propos de Projet Montréal

Projet Montréal propose aux Montréalais.e.s d’innover afin de créer des milieux de vie familiaux dynamiques et diversifiés. Sa vision est basée sur le développement durable, la saine gestion des finances publiques, des services efficaces et de qualité ainsi qu’une participation citoyenne accrue dans la vie démocratique.

Le parti compte actuellement 30 élu.e.s siégeant au conseil municipal et dans les arrondissements, et forme l’opposition officielle. Projet Montréal est dirigé par Valérie Plante, conseillère de ville du district de Sainte-Marie et candidate à la mairie aux élections du 5 novembre 2017.

L’homme de la situation: Valérie Plante

L’homme de la situation: Valérie Plante

Si on vous avait demandé au début de l’été si vous connaissiez Valérie Plante, la réponse normale aurait fort probablement été « non ». Pourtant, le 15 août, tout a changé pour la nouvelle cheffe de Projet Montréal, grâce à une première sortie préélectorale plus que remarquée.

De dire que « L’homme de la situation », une campagne publicitaire signée Upperkut, a attiré l’attention, serait un euphémisme.

Avec ce stunt, force est d’admettre que la candidate à la mairie et son parti auront atteint leur cible. En effet, l’offensive, qui visait à améliorer la notoriété de la nouvelle cheffe du parti, aura généré énormément de réactions, autant à la télé et à la radio que dans les journaux et sur les médias sociaux.

La campagne, déclinée autant en affichage sauvage qu’en visuels pour les médias sociaux, aura fait réagir rapidement.

Dès les premières heures du matin, LCN relayait les affiches à l’image de la cheffe, apparues près du pont Jacques-Cartier, à la vue de tous les automobilistes, cyclistes et piétons, et sur lesquelles on pouvait lire : « L’homme de la situation. Valérie Plante. Mairesse de Montréal. ».

Les visuels, le nom et le visage de Valérie Plante ont non seulement très rapidement fait la Une de tous les grands médias, de Radio-Canada au Journal de Montréal en passant notamment par le 98,5 FM, L’Actualité ou Le Devoir, mais la formule, « L’homme de la situation », aura été sur toutes les lèvres et de tous les débats plusieurs jours durant.

En entrevue à TVA, Valérie Plante soulignait ainsi la pertinence de la publicité, qui se veut un clin d’œil à la fois humoristique et critique : « actuellement, en politique, même si on a des avancées, ça demeure un monde d’hommes. On n’a pas brisé le plafond de verre, on est plus exigeant envers les femmes en politique; c’est encore d’actualité.»

« Le tout se veut un pied de nez aux boys club et à la vieille façon de faire de la politique qu’incarne son adversaire, M. Coderre », d’affirmer Marc Desnoyers, président du groupe-conseil chez Upperkut. « Avec les débats suscités dans les médias sociaux et traditionnels, nous croyons que notre objectif de hausser la notoriété de la cheffe, Mme Plante, a été atteint.»

Ce premier stunt se veut le premier d’une série d’offensives préélectorales, en vue de la campagne électorale menant aux élections municipales du 5 novembre prochain.

* * *

Ce que les experts en disent

« Le coup d’éclat rappelle aussi avec force qu’être une femme est encore un désavantage dans une élection. Valérie Plante fait le pari que l’inconfort ressenti par bon nombre par rapport à son slogan laissera une envie de changer les choses. Que le malaise sera dirigé vers son adversaire. Elle a trouvé une façon politiquement correcte de décrier le boy’s club et de s’offrir en solution. » – Stéphane Mailhiot, vice-président de la stratégie à Havas Montréal et chroniqueur médias et marques à Radio-Canada.
Mission accomplie pour la publicité précampagne […] « C’est de l’ironie. Le message n’est pas directement celui qu’on lit. Ils ont créé un peu d’ambiguïté pour attirer l’attention et ensuite la rétablir en prenant la parole publiquement » – Julie Dufort, doctorante en science politique à l’UQAM, dont les recherches portent sur l’humour politique.

« Valérie Plante vient rappeler que l’administration de Montréal est depuis trop longtemps entre les mains d’un boys club. Avec son slogan, elle affirme sa compétence à prendre la place du maire sortant en utilisant le même langage que lui. C’est rafraîchissant, audacieux et réjouissant. » – Pascal Henrard, Vice Président, contenu et création à 37e AVENUE

À propos de Projet Montréal

Projet Montréal propose aux Montréalais.e.s d’innover afin de créer des milieux de vie familiaux dynamiques et diversifiés. Sa vision est basée sur le développement durable, la saine gestion des finances publiques, des services efficaces et de qualité ainsi qu’une participation citoyenne accrue dans la vie démocratique.

Le parti compte actuellement 30 élu.e.s siégeant au conseil municipal et dans les arrondissements, et forme l’opposition officielle. Projet Montréal est dirigé par Valérie Plante, conseillère de ville du district de Sainte-Marie et candidate à la mairie aux élections du 5 novembre 2017.

Bonne fête à Montréal et à ses pionnières en soins de santé!

Bonne fête à Montréal et à ses pionnières en soins de santé!

Dans le cadre du 375e de Montréal, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (la FIQ) a fait appel à l’agence Upperkut afin de rendre hommage aux pionnières des soins de santé qui ont marqué l’histoire de la métropole.

La campagne, qui visait à rappeler l’importance de l’implication des professionnelles en soins dans l’histoire de Montréal, a pu atteindre autant les Montréalais.e.s dans la rue que sur le web.

En effet, pour l’occasion, Upperkut a conçu quatre oriflammes installées en façade des bureaux de la FIQ, situés au cœur des célébrations du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, autant à proximité du pont Jacques-Cartier, illuminé pour l’occasion, que du parcours de la course de Formule E.

Une microcampagne a également été déployée sur les médias sociaux afin d’honorer quatre personnalités incontournables et issues de périodes différentes de l’histoire de la ville.

La FIQ a donc rendu hommage aux pionnières suivantes :

Jeanne Mance, première infirmière laïque en Amérique du Nord et fondatrice de l’Hôtel-Dieu de Montréal en 1645.

fiq_375mtl_mance

Marguerite d’Youville, fondatrice des Soeurs grises, qui assura la survie de l’Hôpital général en 1747 et consacra sa vie à soigner les pauvres.

fiq_375mtl_youville

Nora Livingston, fondatrice de l’école de soins infirmiers de l’Hôpital général de Montréal en 1890, dont la réputation rayonnera longtemps bien au-delà de la ville

fiq_375mtl_livingston

Marie-Denise Lefèbvre, nommée directrice de l’Institut Marguerite-d’Youville en 1947 et figure incontournable des sciences infirmières.

fiq_375mtl_lefebvre

À propos de la FIQ

La Fédération représente près de 75 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires, soit la grande majorité des infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes œuvrant dans les établissements publics québécois.

Toujours à la mode, depuis 40 ans !

Toujours à la mode, depuis 40 ans !

C’est sous le thème « La loi 101 : Toujours à la mode, depuis 40 ans ! » que le collectif des Partenaires pour un Québec français (PQF) lance sa toute nouvelle campagne, signée Upperkut.

La campagne du collectif vise à célébrer les 40 ans d’existence de la Charte québécoise de la langue française, tout en sensibilisant au travail accompli depuis 1977 et à celui qui demeure à faire en matière de protection et de valorisation du français comme langue commune au Québec.

Diffusée sur les médias sociaux et dans les milieux de travail, la campagne d’affichage produite par Upperkut permet de faire un clin d’œil à toutes les époques traversées par la loi 101, qui est demeurée d’actualité et a permis de faire progresser la langue française et de rassembler la population du Québec autour d’une langue commune.

« Il nous fait plaisir d’avoir mis l’épaule à la roue pour souligner les 40 ans de la Charte et célébrer une cause qui nous rassemble toutes et tous », d’expliquer Serge Leathead, président de l’agence Upperkut. « Il était important pour nous que la création illustre le chemin parcouru sans être passéiste. Avec cette campagne, nous sommes résolument tournés vers l’avenir ! »

À propos des Partenaires pour un Québec français

Partenaires pour un Québec français (PQF) est une table de concertation fondée en 2010 et visant à défendre et à promouvoir la langue français comme langue commune au Québec. La table est formée des dix (10) partenaires suivants : la Confédération des syndicats nationaux (CSN); la Centrale des syndicats du Québec (CSQ); la Fédération autonome de l’enseignement (FAE); la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ); la Fondation Lionel-Groulx (FLG); le Mouvement national des Québécoises et des Québécois (MNQ); le Mouvement Québec français (MQF); la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM); le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ); et l’Union des artistes (UDA).

Le français au travail: tout le monde y gagne!

Le français au travail: tout le monde y gagne!

Le portail Languedutravail.org lance sa toute nouvelle campagne de promotion du français au travail. La campagne, signée Upperkut, vise les secteurs de l’aérospatiale, de l’automobile et des télécommunications.

La campagne, la première du genre à s’adresser autant aux travailleurs et travailleuses qu’aux employeurs des industries en question, vise à promouvoir les avantages d’agir en prévention en matière de francisation des milieux de travail.

« Avec cette campagne, l’objectif est de dire aux employé.e.s et aux employeurs que la francisation en amont, c’est gagnant pour tout le monde! », d’expliquer Marc Desnoyers, directeur du groupe-conseil chez Upperkut. « Qu’on soit dans le domaine de l’automobile, de l’aérospatiale ou des télécommunications, ça rapporte beaucoup plus de prévenir que de corriger par la suite. »

Diffusée dès aujourd’hui dans les milieux de travail et sur le web, la campagne invite à opter pour des manuels, des logiciels et des formations en français afin d’optimiser l’efficacité, le rendement et le bien-être au travail.

Pour plus d’informations : www.languedutravail.org

 

À propos de Langue du travail

Ce portail est le fruit des efforts de plusieurs partenaires provenant de part et d’autre de l’Atlantique. Il a été réalisé avec l’aide des membres de la Table sectorielle de l’industrie aérospatiale de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et de la Confédération générale du travail de France (CGT). On compte maintenant parmi les partenaires la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) et le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ). Ce projet a été rendu possible grâce à une subvention du Secrétariat à la politique linguistique, par le biais du Fonds de promotion et de valorisation de la langue française.

Une campagne pour exiger un réel investissement en éducation!

Une campagne pour exiger un réel investissement en éducation!

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) lance un tout nouveau spot, signé Upperkut, dans le cadre de sa campagne visant à sensibiliser au besoin urgent d’un réel investissement en éducation.

Diffusée à la télé et sur le web, la vidéo use d’un ton dramatique et sans détour pour décrier les investissements largement insuffisants du plus récent budget du gouvernement.

Le message est clair : en ne finançant pas l’école publique adéquatement, le gouvernement de Philippe Couillard laisse tomber l’école publique.

Pour l’occasion, Upperkut a fait équipe avec les Blood Brothers. Le duo explosif de spécialistes en effets spéciaux, que l’on peut voir à l’œuvre sur les ondes de Ztélé, a contribué à rendre possible une très spectaculaire scène de pupitre en chute libre.

« En optant pour une métaphore fracassante, on cherche à démontrer le drame qui affecte les écoles publiques du Québec », précise Serge Leathead, président de l’agence Upperkut. « Si une image vaut mille mots, la scène traduit bien la situation catastrophique vécue par nos élèves et nos profs qui sont privés de services et de ressources essentiels. »

À PROPOS DE LA FAE

La Fédération autonome de l’enseignement regroupe huit syndicats qui représentent quelque 34 000 enseignantes et enseignants du Québec.

Le français au travail, ça se travaille !

Le français au travail, ça se travaille !

C’est sous le thème « Le français au travail, ça se travaille ! » que le portail syndical Languedutravail.org lance sa campagne sur la francisation en milieu de travail, créée et produite par l’agence Upperkut.

Cette année, la campagne vise à sensibiliser les travailleurs et les travailleuses, plus particulièrement les jeunes de 18 à 35 ans, à l’importance de l’usage du français en milieu de travail, autant pour des questions de sécurité que d’intégration des personnes issues de l’immigration ou d’efficacité au travail.

Sous la forme d’une vidéo d’animation, des personnages de différents milieux vivent des situations où faire l’effort de la traduction et adopter les bonnes habitudes linguistiques peuvent faire une différence à la fois individuelle et collective.

« Lorsque Languedutravail.org nous ont approché pour travailler de nouveau avec nous, nous avons tout de suite dit oui ! », explique Marc Desnoyers, directeur du groupe-conseil chez Upperkut. « À nos yeux, l’animation nous semblait un médium tout désigné pour véhiculer un message de sensibilisation quant à l’usage de la langue française, qui soit valorisant. »

Avec cette vidéo, le portail Languedutravail.org souhaite rappeler que le français est la langue commune et que son usage en milieu de travail nous permet de mieux communiquer, de mieux échanger et de mieux performer.

Pour visionner la vidéo, cliquez ici.

À propos de Langue du travail

Ce portail est le fruit des efforts de plusieurs partenaires provenant de part et d’autre de l’Atlantique. Il a été réalisé avec l’aide des membres de la Table sectorielle de l’industrie aérospatiale de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et de la Confédération générale du travail de France (CGT). On compte maintenant parmi les partenaires la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) et la Fédération autonome de l’enseignement (FAE). Ce projet a été rendu possible grâce à une subvention de l’Office québécois de la langue française, dans le cadre de son Programme de soutien aux associations pour la promotion de la francisation dans les entreprises.

Les travailleuses et les travailleurs précaires ont besoin de plus que des «pinottes»!

Les travailleuses et les travailleurs précaires ont besoin de plus que des «pinottes»!

La Campagne 5-10-15 vient tout juste d’être lancée par une coalition de groupes de lutte à la pauvreté, de défense des non-syndiquéEs et de syndicats.

La campagne, signée par l’agence Upperkut, vise à sensibiliser la population aux enjeux du travail précaire et à inciter le gouvernement à améliorer les conditions de travail des travailleuses et des travailleurs précaires au Québec.

Avec la formule du « 5 – 10 – 15 », la coalition souhaite mettre de l’avant une proposition concrète en trois temps : 5 pour l’obligation pour les employeurs de fournir les horaires de travail au minimum cinq jours d’avances; 10 pour dix jours de congé de maladie et/ou de famille par année; et 15 pour un salaire minimum à 15$ de l’heure.

L’agence Upperkut, qui avait pour mandat de faire connaître et résonner les trois revendications du collectif, a opté pour la métaphore des pinottes qui fait écho aux conditions indécentes de près d’un million d’employéEs au Québec, dont une majorité de femmes.

« Tout le monde sait qu’il n’y a rien de positif à gagner des pinottes. » d’affirmer Annie Ferrand, conseillère et chargée du projet chez Upperkut. « C’est pourquoi notre équipe a accepté d’emblée d’offrir son temps à la Campagne 5-10-15. Avec cette offensive, nous voulons contribuer à déboulonner les mythes tenaces liés aux enjeux de la précarité, tout en démontrant que des solutions concrètes existent et qu’on peut agir rapidement pour améliorer les choses. »

Pour Mélanie Gauvin, co-porte-parole de la campagne et coordonnatrice du Front de défense des non-syndiquéEs (FDNS), « notre travail avec Upperkut nous a permis d’arriver à une campagne qui correspond à nos valeurs et qui amène de l’énergie à notre message. On veut dire à la population qu’au Québec, on peut se permettre d’augmenter le salaire minimum à 15$, que ça n’est pas de la fantaisie! En apportant des changements à la loi sur les normes du travail, on pourrait permettre aux travailleuses et aux travailleurs précaires de se sortir de la pauvreté! »

La campagne sera déclinée en différents visuels qui permettront d’encadrer les actions et les communications du collectif et vivra autant en affichage sauvage qu’en affichage dans les lieux de travail, ainsi que sur les médias sociaux et en tant qu’outils manifestifs.

Pour plus d’information ou pour contribuer à faire connaître la Campagne 5-10-15, visitez le : www.CinqDixQuinze.org

À propos du collectif de la Campagne 5-10-15

La Campagne 5-10-15 est menée conjointement par des groupes de défense des travailleuses et travailleurs non syndiqués, des organismes de lutte à la pauvreté et des organisations syndicales de partout au Québec. Ces groupes, organismes et syndicats incluent notamment le Collectif pour un Québec sans pauvreté, la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et le Front de défense des non-syndiquéEs (FDNS).

Sortez votre langue de votre poche!

Sortez votre langue de votre poche!

Le portail syndical Langue du travail lance aujourd’hui sa toute nouvelle campagne sur la francisation en milieu de travail, créée et produite par l’agence Upperkut.

La campagne, qui vise à offrir des outils afin de faciliter la francisation en milieu de travail, se déploie en affichage et dans les réseaux sociaux, notamment grâce à une vidéo d’animation et à du contenu visuel. Un argumentaire et plein d’informations sont disponibles sur le portail languedutravail.org.

Portée par différents personnages, la campagne propose des trucs et des astuces aux travailleurs et travailleuses qui œuvrent sur des comités de francisation et qui sont trop souvent à court de ressources pour convaincre leurs employeurs ou leurs collègues d’opter pour la francisation.

« Nous sommes sensibles à la mission du portail syndical Languedutravail.org et c’est pourquoi nous n’avons pas hésité à dire oui à cette campagne », d’affirmer Serge Leathead, président de Upperkut. « Pour nous, la valorisation de la langue française n’est pas qu’une question d’actualité, mais d’avenir, de protection de la diversité culturelle dans le monde, et de respect. »

Avec cette campagne ludique et décomplexée, le portail Languedutravail.org souhaite supporter les travailleuses et les travailleurs à « sortir leur langue de leur poche » et à démontrer que la francisation en milieu de travail devrait aller de soi.

Pour visionner la vidéo, cliquez ici.

À propos de Langue du travail

Ce portail est le fruit des efforts de plusieurs partenaires provenant de part et d’autre de l’Atlantique. Il a été réalisé avec l’aide des membres de la Table sectorielle de l’industrie aérospatiale de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et de la Confédération générale du travail de France (CGT). On compte maintenant parmi les partenaires la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) et la Fédération autonome de l’enseignement (FAE). Ce projet a été rendu possible grâce à une subvention de l’Office québécois de la langue française, dans le cadre de son Programme de soutien aux associations pour la promotion de la francisation dans les entreprises.

Appel à toutes du Collectif 8 mars!

Appel à toutes du Collectif 8 mars!

Upperkut a été choisie pour créer et produire la toute dernière campagne du Collectif 8 mars, qui fait la promotion de la Journée internationale des femmes.

Dans un esprit démocratique, l’agence a ainsi collaboré avec les membres du Collectif, qui regroupe plusieurs organismes et syndicats. Tous les points de vue ont ainsi été entendus lors de chacune des étapes du processus, de l’idéation à la production, en passant par le slogan et la déclinaison des différentes pièces visuelles.

À partir du slogan de cette année, « Appel à toutes pour se faire entendre », l’agence a collaboré avec l’illustratrice Sophie Casson, dont l’œuvre sur mesure a été adaptée sous la forme d’affiches, d’épinglettes, d’autocollants et de différents visuels web.

« Pour nous, il était non seulement important de bien saisir les enjeux féministes de notre époque, mais aussi de fournir une création qui saurait faire consensus. » affirme Annie Ferrand, conseillère et chargée du projet. « Nous sommes très fières que la campagne ait su traduire l’appel à la mobilisation qui cherchait à encourager les femmes à prendre la parole, mais aussi à être écoutées et entendues! »

À propos du collectif 8 mars

Le Collectif 8 mars est un collectif d’organisations qui se définit comme féministe non-excluant, favorisant la prise de parole et l’action des premièrEs concernéEs par les violences sexistes.

Votons pour l’environnement !

Votons pour l’environnement !

Équiterre dévoilait le 31 juillet dernier à l’Aquarium de Québec une toute nouvelle campagne de sensibilisation, créée et produite par Upperkut et encourageant les citoyennes et citoyens à voter pour un parti qui se soucie de l’environnement.

La campagne misait notamment sur un spot télévisuel qui mettait de l’avant des bélugas adressant leur inquiétude quant à leur avenir et encourageant les électeurs à voter « pour un parti qui a l’environnement à cœur! » lors des prochaines élections fédérales. La publicité télévisuelle, diffusée dans la région de Québec, a également circulé sur le web.

Pour Thierry Bruyère-L’Abbé, coordonnateur à la création chez Upperkut, l’occasion était belle pour véhiculer un message environnementaliste de façon originale auprès de l’auditoire ciblé. « La cause de la protection des bélugas et de leur habitat nous tenait déjà à cœur, alors nous étions d’autant plus heureux de pouvoir leur donner une voix à travers cette campagne et de leur faire porter un message clair : les futur.e.s élu.e.s devront s’engager concrètement pour l’environnement et le climat s’ils ou elles veulent gagner leurs élections. »

Pour visionner la publicité vidéo, cliquez ici.

À propos d’Équiterre

Équiterre est un organisme à but non lucratif regroupant plus de 17 000 membres. Sa mission est de contribuer à bâtir un mouvement de société en incitant citoyens, organisations et gouvernements à faire des choix écologiques, équitables et solidaires.

Par son action, Équiterre veut porter l’attention sur les aspects fondamentaux de la vie. Manger, se transporter, habiter, jardiner et consommer : des besoins vitaux, mais aussi des moyens à la portée de chacun pour agir de façon responsable et changer le monde un geste à la fois.