Fil de contenus

DESIGN GRAPHIQUE : DESIGNING OBAMA

designingobama02

Barack Obama marque l’an zéro en matière de communications politiques. On parle désormais de l’avant et de l’après-Obama, notamment lorsqu’on aborde l’utilisation des réseaux sociaux par des marques, des organismes à but non lucratif ou des partis politiques.

Faut dire que cette campagne fut révolutionnaire à plus d’un niveau, en étant le point de convergence de phénomènes technologiques et sociaux divers. Aujourd’hui, le téléphone cellulaire, l’ordinateur portable et iPhone ou le Blackberry, sont les outils de base de l’organisation d’une campagne. Ce n’était pas le cas il y a 10 ans.

L’accès à Internet s’est répandu. Nous avons modifié notre manière de consommer la communication en l’intégrant dans notre manière de vivre. L’évolution se fait à une vitesse fulgurante. Tout va vite. Très vite. Les outils technologiques se sont démocratisés, offrant à chacun la possibilité d’avoir son propre site Web ou son propre blogue, de produire ses propres vidéos, de faire son propre montage, etc.

Puis les médias sociaux comme Youtube ont offert à tous une plate-forme de diffusion. Et les réseaux sociaux sont nés : Facebook et Twitter permettent non seulement de diffuser, mais de partager, d’échanger. Il devenait donc tout à fait normal pour l’équipe Obama de se servir du Web pour remplir une fonction sociale : mobiliser. Ainsi non seulement, pouvait-elle grâce au Web diffuser son contenu, mais encore pouvait-elle y créer des liens avec des électeurs qui relateraient son message, et peut-être pourquoi pas travailleraient à son élection? L’équipe des communications laissa donc les électeurs s’approprier les messages, les éléments graphiques et les affiches publicitaires. Les artistes et concepteurs publicitaires répondirent en cœur.

Le directeur des communications graphiques de la campagne Obama, Scott Thomas, a eu l’idée de rendre hommage aux «millions de supporteurs de la base» (grassroots supporters) en produisant un livre qui dépeint la campagne vue de l’intérieur, mais également de l’extérieur.

La campagne Obama fut un succès, notamment parce qu’elle fut propulsée par les multiples petits dons en ligne de ses supporteurs. Fier des miracles produits par la base militante Scott Thomas veut maintenant auto-publier le livre afin d’assurer l’intégrité et la qualité du livre, il l’offre en prévente sur le site designing-obama.com, sous diverses formes correspondant à des niveaux d’appui :

150 $ : édition spéciale Or avec votre nom imprimé.
100 $ : édition spéciale Argent avec votre nom imprimé.
50 $ : édition spéciale Blanche avec votre nom imprimé.
10 $ : version à télécharger.

Si l’objectif d’amasser 65 000 $ n’est pas atteint d’ici le 4 novembre le projet sera abandonné. Communication post-Obama exige : vous pouvez suivre Scott Thomas sur Twitter et l’entendre vous parler son projet dans une vidéos diffusée dans les réseaux sociaux.

EMBALLAGE NATURE vs NATURE EMBALLÉE

naoto_fukasawa_packaging

SquareMelon

Lorsque dans le domaine de l’alimention un contenant arrive à singer l’emballage naturel de son contenu avec «goût», le facteur taste appeal est irréfutablement bien exploité. Ces images en sont la preuve (img. 1).

Le packaging de ce jus de fruits japonais, est une des intelligentes créations du designer industriel Naoto Fukasawa. La surface de l’emballage imite la couleur et la texture de l’emballage naturel du fruit, pour faire du produit un objet ainsi qu’une expérience sensorielle interpellant la vue, le touché et le goût. Ces charmants packagings sont produits dans 4 saveurs : banane, fraise, kiwi et… lait de soya.

Dans le monde du packaging, la création n’a pas de limite. Il y a encore beaucoup d’avenues à explorer allant au-delà du taste appeal. L’expérience tactile s’avère innovatrice, et piquera la curiosité de consommateurs de tous âges.

D’autre part lorsqu’en alimentation l’emballage naturel est modifié pour imiter un contenant, il ne s’agit que de fashion. Originaires du Japon, les melons carrés poussent dans des boîtes en bois qui les confinent dans le but de leur donner une forme autre que la leur. Carrée, triangulaire ou autre, la forme des pastèques a été modifiée pour des raisons de praticabilité. Les techniques ont été développées afin gagner de l’espace, faciliter le transport, et éliminer la rotation du fruit facilitant ainsi son tranchage.

Un «produit» créé dans le but d’«améliorer» la nature du fruit et faciliter son commerce, mais par contre ne le rend pas très abordable. Le prix de chaque melon s’élève à 10000 yens, l’équivalent d’environ 130 $ CDN, faisant de ce melon un produit de luxe.

S’il y a une limite à la création de packaging, elle s’arrête bien ici. La nature a designé les meilleurs emballages de tous les temps (littéralement) et l’humanité a pour devoir de la respecter. Laissons rouler les melons !

LE COLLECTIF ARTISTIQUE LAPARIA FÊTE SES 5 ANS

laparia_patrick_beaulieu

Ça y est je peux enfin dormir, le set up de l’exposition est enfin fini ! Pour ceux qu’y n’ont jamais entendu parler du collectif Laparia et bien c’est le moment où jamais de venir admirer une centaine d’œuvres originales créer pour l’occasion par une vingtaine d’artistes venant de et de boire quelques bonne bières. Le vernissage aura lieu vendredi à l’agora du CEGEP du vieux Montréal à partir de 18h et se poursuivra jusqu’à temps que l’after party débute au salon officiel vers 22h.

En attendant, allez jeter un coup d’œil au photos du vernissage de l’année dernière.

POSTER CABARET : ENTRE LA CRÉATION ARTISTIQUE ET LE DESIGN GRAPHIQUE

affiche_musique_mogwai

Les affiches de concert, comme les pochettes de CD, ont très longtemps joué un rôle essentiel dans la création de l‘image des artistes, l‘image des musiciens ou l‘image des chanteurs. Avec la venue du vidéoclip, puis d’Internet, des MP3 et des réseaux sociaux, l’image se contruit live entre la création artistique et le design graphique. On découvre des groupes grâce à My Space, on fait la promo des spectacles via Facebook. L’image devient mouvement. Le papier devient pixel.

Plus qu’une simple annonce, l’affiche est une œuvre d’art démocratique. Témoin de son époque, elle agit comme un phare qui émerge d’une mer de Web.

Un collectif d’artistes a lancé le site Poster Cabaret qui propose aux internautes une sélection des plus belles affiches. Celles-ci ne sont habituellement distribuées qu’à petite échelle et sont rarement accessibles, leurs réseaux de distribution étant souvent limités aux concerts. Un bon investissement pour le prix d’un laminé de chez Ikea..

ART URBAIN / EXPO DE L’ARTISTE-GRAFFISTE ASTRO

Vous avez peut-être déjà observé ou croisé ses fresques se trouvant sur plusieurs murs de la métropole mais c’est à Le Sino Galerie et Boutique, le 12 septembre à compter de 19h, qu’aura lieu le vernissage d’exposition de l’artiste-graffiste Astro.

Voici maintenant plus de 15 ans qu’il est présent dans les rues montréalaises, mais depuis quelques années, Astro utilise des toiles pour peindre son imaginaire unique. Le résultat? Un mélange original de graffiti et bande dessinées, à la fois urbain et recherché. Les couleurs contrastées ainsi que le métissage des genres, vous feront aimer les monstres, et leur univers, à la fois glauques et sympathiques qui peuplent ses toiles.

Venez découvrir, ou redécouvrir, l’art urbain, l’artiste et ses oeuvres du 12 septembre au 10 octobre à Le Sino Boutique et Galerie, 2817 rue Ontario Est.
Au menu : toiles, cubes, monstres 3D etc.

Visitez le site d’Astro

ASTRO-graffiti

CHERRY BLOSSOM : DESIGN, EMBALLAGE OU PACKAGING

emballage-Cherry-blossom-1920

emballage-Cherry-blossom-1920

Cherry Blossom est un chocolat produit par Hershey Canada Inc. De toutes les marques de chocolat de Hershey, Cherry Blossom est probablement celui qui passe le plus inaperçu, malgré sa popularité dans les régions du Labrador et de Terre-Neuve. Le design de son packaging a probablement un rôle déterminant à jouer dans son manque de popularité.

Contrairement aux autres marques de produits alimentaires, son emballage minimaliste et à la fois kitsch n’a pas évolué dans la direction tendance du «taste appeal» à laquelle nous sommes exposés aujourd’hui. Petite boîte de carton jaune mesurant 2 po X 2 po (1.5 po de profondeur), le format de l’emballage du Cherry Blossom n’a pas changé depuis son invention vers la fin des années 20, à l’exception du visuel.

Les premiers designs mettaient en vedette les fruits en utilisant une illustration de trois cerises, que l’on retrouve encore sur le dessus de l’emballage d’aujourd’hui. Vers la fin des années 80 la division Lowney de Hershey Canada décide de changer le look des Cherry Blossom. Elle y rajoute une photo de la friandise, coupée en deux, dans le but de montrer non seulement le contenu de la petite boîte jaune, mais aussi pour nous dévoiler cette «délicieuse» cerise qui baigne dans son «succulent» sirop. Tout cela enrobé d’un délectable chocolat aux noix. N’est-ce pas exquis ? Et bien, non…

Malgré l’amélioration marquante apportée à la qualité de la photo prise vers la fin des années 80 (voir image), celle-ci ne rend toujours pas le produit plus alléchant. Dans un marché où il faut séduire le consommateur, la présentation du Cherry Blossom devrait être repensée. La photo devrait être retravaillée par des experts en alimentation (direction photo, retouche etc.) dans le but de rendre la photo plus esthétique. Par contre, dans l’ensemble, le côté vintage de l’emballage reste très intéressant et reflète bien l’histoire du produit.

Un emballage qui ne séduit pas, une image qui est peu esthétique… Toutes ces conditions ne semblent pas affecter les consommateurs fidèles du Cherry Blossom !

Cette réflexion soulève alors une question : Mais qui de nos jours est le consommateur type de Cherry Blossom ?

L’enquête se poursuit…

UNDER PRESSURE EN REVUE

graffiti_ca-crew_montreal

Wow ! Quel week-end…haut en couleur!

Après 14 ans, le Under Pressure, maintenant un des rassemblements incontournables de l’été, prouve encore une fois cette année que Montréal est une des grandes capitales de l’art urbain. Le centre-ville s’est en effet rempli de personnes toutes plus éclectiques les unes que les autres, de musique enivrante mais surtout de fresques des plus ahurissantes. Une chose est sûre est que l’an prochain l’édition du 15ème anniversaire sera tout un événement à ne surtout pas manquer !

Pour ceux et celles qui n’ont pas pu être présent cette fin de semaine, je vous invite à aller voir les photos sur le site BombingScience.

LE UNDER PRESSURE ARRIVE

FLYER_09_FINAL_OUTLINED

La communauté des writers de Montréal trépigne. Ça y est ! Le Under Pressure aura finalement lieu le week-end du 8 et 9 août en plus d’une centaine d’artistes recouvriront les murs du centre-ville et une quinzaine de DJ performeront en plein air pour le plaisir des oreilles et des yeux des amateurs de hip-hop et d’art urbain.

Comme depuis les 7 dernières années, je serai sur place  samedi avec le ca-crew. On peindra les murs du «Piece parc», tout juste en face de l’incontournable Montreal Pool Room.

C’est un rendez-vous à ne pas manquer !

Imprimez votre appareil photo

camera_corbis

À l’heure où tout devient numérique, Corbis offre aux internautes le Readymech, un appareil photo de type sténopé, à télécharger et à imprimer. Les résultats sont assez surprenants, compte tenu de l’extrême simplicité du mécanisme : un orifice laisse pénétrer la lumière, exposant ainsi la pellicule. Une version réactualisée de la «camera obscura» de Leonardo da Vinci.

Si la technique existe depuis quelques siècles déjà, l’entreprise a eu la bonne idée de lui donner une forme amusante, et de l’offrir sur le Web à sa clientèle cible composée de directeurs artistiques et de graphistes. «Oubliez un peu votre ordinateur !» clâme la banque d’images fondée par Bill Gates en 1989 sur le micro-site promotionnel où on peut télécharger ces petites merveilles.

Wulustek, une question d’identité

Devant une famille aux prises avec une compagnie forestière à l’appétit dévorant, on s’interroge sur l’importance d’être collectivement. Un questionnement propre aux communautés autochtones, mais également à l’ensemble des minorités linguistiques et culturelles à travers toute la planète.

Présentée par Ondinnok au Théâtre Prospero, du 5 au 13 juin derniers, d’après une idée originale de Dave Jenniss, Wulustek traite avec justesse d’une question bien d’actualité en ces jours de post-Bouchard-Taylor : l’identité.

Première et seule compagnie de théâtre autochtone au Québec, Ondinnok regroupe des actrices et des acteurs qui ont notamment travaillé auprès d’Ariane Mnouchkine et Jean-Pierre Ronfard, et avec l’École nationale de théâtre du Canada.

Upperkut a été particulièrement fière de participer à l’aventure de Wulustek, la nouvelle production de la compagnie de théâtre autochtone Ondinnok.

WULUSTEK

Idée originale : Dave Jenniss
Mise en scène : Peter Batakliev
Distribution : Marie-Evelyne Baribeau, Charles Bender, Marco Collin, Catherine Joncas, Yves Sioui Durand
Assistance à la mise en scène et régie : Emanuelle Langelier
Décors et accessoires : Jonas Véroff Bouchard
Costumes : Claire Geoffrion
Lumières : Thomas Godefroid
Bande sonore : Nicolas Grou
Images vidéo : Philippe Larocque
Direction technique : Geoff Levine
Direction de production : Lucie Mineau
Illustration et direction artistique imprimés : Upperkut_ Anthonin Brault

Affiche wulustek

Célébrer l’art urbain

Vendredi dernier, par un bel après-midi ensoleillé, Upperkut a lancé la première édition des Hot-Tag, un évènement destiné à célébrer l’art urbain. Au menu, musique de char, fabuleux hot-dogs, bière bien froide et bonne dose de peinture en aérosol. L’esprit était la fête alors que notre illustrateur Antonin (NARC) et ses invités, Frank Lam et Rick, s’en donnaient à coeur joie pour redonner vie aux murs un peu trop gris de notre charmante agence.

Arc-en-ciel, coeur, oiseaux, hot-dog lascif, monstre, cochon volant, etc. Tout fut permis pour cette première murale de l’été qui n’imposait aucun thème précis, autre que l’imagination. Certains membres de l’équipe moins expérimentés dans cette discipline ont bien tenté d’y mettre leur touche personnelle, mais ils se sont vites rendus à l’évidence que n’est pas graffiteur qui veut…

Restez branchés sur le blogue d’Upperkut afin de connaître les détails concernant le prochain rendez-vous Hot-Tag !

frank-narc-montage.jpg